Los films de ’20 años de l’Alternativa’ y lo que también se ha dicho!

Más reacciones, críticas, expresiones de entusiasmo referentes a algunos de los films que presentamos en la sección 20 años de l’Alternativa.

l'argentrobert bresson

L’Argent (Robert Bresson)

“Ultimately, L’Argent manages to convey coherence between rigid moral dogma and sympathetic multiplicity. It’s mind-blowing.” Read on (Eric Henderson, Slant Magazine)

“Bresson, working his sound track as assiduously as his visuals, once again makes us realize how little use most films make of the resources of the cinema. A masterpiece.” Read on (Dave Kehr – Chicago Reader)

10e chambre10e chambre

10è chambre, instants d’audiences (Raymond Depardon)

“En une fraction de seconde, on mesure la frontière qui sépare l’autorité de l’autoritarisme. Et ce film poignant et drôle fait, brusquement, froid dans le dos.” Read on (Pierre Murat, Telerama)

mes petites amoureusesjean eustache

Mes petites amoureuse (Jean Eustache)

“En brossant le portrait de ce jeune garçon, Eustache, qui précise que ce film est plus un cocktail d’obsessions et d’imaginations que de souvenirs personnels, hésite entre la fierté et le dégoût. Il nous convie, à sa manière, à un cinéma fantastique. Sa volonté de ne rien dramatiser, et de recréer le monde à coups d’artifices, semble l’éloigner du réalisme : mais il nous plonge dans une réalité bien plus profonde, celle du cœur ou de l’absence de cœur. Il nous fait sentir l’essence et l’atmosphère d’une ville ou d’un paysage… Entre Proust et Bresson, Eustache s’est taillé une place de choix en filmant l’indicible sans le secours de la caméra invisible” Read on (Jean-Luc Douin – Télérama)

le fond de l'air est rougele fond de l'air est rouge

Le fond de l’air est rouge (Chris Marker)

A Grin Without a Cat is a film without a dogma, celebrating the promise of socialist ideas (the grin) while realizing that the brave new world they envision (the cat) remains elusive and intangible as its twentieth-century trial runs slip farther into the past. Read on (David Sterrit – Cineaste Magazine)

“En tant que film d’archives, Le fond de l’air est rouge semble parfois indépassable tant il arrive à réorganiser lyriquement les images du passé pour raconter l’Histoire (la période 1967-1977) tout en étant traversé par une interrogation sur le statut de l’archive et, plus encore, sur le geste de leur reprise.” Read on (Guillaume Morel – Critikat)

La sección 20 años de l’Alternativa se proyecta en el CCCB, la Filmoteca de Catalunya y el Instituto Francés.

 

Related Posts